Duplicate content et near duplicate content : alerte rouge !

Aucun commentaire

duplicate content comment l'éviterRéférencement naturel Duplicate et near duplicate content : un guide complet pour les reconnaître (et les éviter)

Véritable bête noire des SEO, le contenu dupliqué en référencement reste difficile à combattre. S’il existe des outils pour le détecter, l’absence de véritable sanction par les moteurs de recherche a largement favorisé son expansion, sans parler de sa version “allégée” : le near duplicate content (ou contenu quasi-dupliqué).

Zoom sur les contenus dupliqués et quasi-dupliqués, leurs effets sur votre référencement naturel et les façons de les détecter pour mieux les éviter.

Duplicate content vs. near duplicate content : quelles différences ?

Le duplicate content peut se concevoir comme une version web du plagiat. Certains administrateurs de sites n’hésitent pas à reprendre (et republier) des parties, quand ce ne sont pas des pages entières, de sites web concurrents : c’est ce qu’on appelle le contenu dupliqué.

Cette forme de copie peut se dissimuler, puisque certains sites reprendront “seulement” un paragraphe, un titre, et même les balises “meta title” ou “meta description” pour brouiller les pistes. Il arrive cependant que le contenu de sites entiers soient copiés, entraînant de graves conséquences sur leur référencement et leur trafic.

Le near duplicate content est plus subtil, mais tout aussi dangereux sur le plan du SEO : il consiste à reprendre certaines parties d’un contenu original, et à les remanier de façon à ce qu’elles ne soient pas perçues pour ce qu’elles sont (du contenu dupliqué). Vous pourrez donc retrouver vos articles entièrement paraphrasés, ou réorganisés dans une structure différente (ordre des paragraphes inversé, par exemple).

Google sanctionne le duplicate content : mythe ou réalité ?

Le moteur ne sanctionne pas le contenu dupliqué. Malgré une idée largement répandue au sein de la communauté web, le plagiat en ligne ne fait pour l’instant l’objet d’aucune pénalité officielle ! Les conséquences négatives du duplicate et du near duplicate content n’en sont pas moins réelles, et s’exercent au niveau du positionnement, du trafic et de la qualité perçue de votre site web. Découvrez comment.

Duplicate et near duplicate content : que risquez-vous réellement ?

Les contenus dupliqués entraînent une réaction en chaîne, qui touchera autant le référencement de votre site que sa valeur perçue par les internautes. Les pratiques du duplicate et near duplicate content restent donc risquées, malgré l’absence de pénalité Google.

Un positionnement au rabais

Le premier effet négatif de la duplication de contenu s’opère au niveau du positionnement du site dupliqué sur les SERP des moteurs de recherche.

Pour répondre de la manière la plus précise possible aux requêtes des internautes, Google et consorts s’attachent à proposer des sites web de grande qualité parmi leurs premiers résultats. Pour ce faire, les robots d’indexation évaluent la longueur des contenus, leur structure hiérarchique et leur corpus sémantique, mais aussi… leur originalité. Aux yeux du moteur de recherche, un contenu qui apparaît deux fois (ou plus) sur le web ne présente aucun intérêt pour l’internaute ; il y a donc de fortes chances pour que votre contenu dupliqué soit relégué parmi les dernières places de son classement.

Attention : les moteurs de recherche n’effectuent pas de recherche d’antériorité pour distinguer le contenu original de sa version dupliquée ! Votre bonne foi ne vous sera donc d’aucune utilité (ou presque) sur le web, contrairement au plagiat dans la vie réelle.

Une perte de qualité perçue par les internautes

Quel que soit le degré de qualité de vos contenus web, leur apparition sur deux ou trois sites différents contribuera à les rendre moins attractifs pour les internautes. N’oubliez pas que ces derniers n’ont, en général, aucun moyen de savoir qui a dupliqué qui. Et dans le doute, la plupart d’entre eux abandonneront votre site pour consulter des contenus uniques chez vos concurrents.

Si un taux de rebond élevé peut résulter de facteurs divers et variés, la duplication ou la quasi-duplication de contenu en fait partie. Surveillez cet indicateur de près et, le cas échéant, vérifiez que le duplicate content n’est pas à l’origine de la “fuite” des internautes.

Un trafic web en berne

La conséquence logique d’un mauvais positionnement et d’une faible qualité perçue par les internautes se traduit presque toujours par une perte de trafic plus ou moins importante. Cette baisse de trafic sera d’autant plus forte si les sites qui dupliquent vos contenus sont particulièrement visibles sur les moteurs de recherche.

Vous l’aurez compris, les contenus dupliqués et/ou quasi-dupliqués vous font rentrer dans une spirale infernale dont il est difficile de s’extraire. Il est donc essentiel de protéger vos contenus de la duplication : comment faire ?

Contenus dupliqués : quelles solutions pour les éviter ?

S’il n’existe pas de moyen légal pour lutter contre le plagiat en ligne, vous pouvez l’éviter en soignant la conception de vos propres contenus tout en maintenant une veille constante sur les sites web de votre secteur.

Sur votre site web

Si vous rédigez vous-même les contenus de votre site, pensez à varier vos sources et ne les limitez pas aux recherches sur le web. Puisez votre inspiration dans les magazines qui traitent de votre thématique, dans des livres ou même en assistant à des conférences sur le sujet qui vous intéresse. Il n’est bien sûr pas question de plagier des sources différentes, mais bien de les étoffer pour éviter de dupliquer, même involontairement, des sites tiers.

Et si vous confiez la rédaction de vos contenus à un prestataire, n’hésitez pas à vérifier l’originalité de ses textes avec l’un des outils présentés plus bas !

Sur des sites tiers

Pour lutter contre la duplication de vos propres contenus, commencez par identifier les sites qui plagient vos pages, billets de blog et autres actualités. En fonction de l’ampleur du plagiat, vous pouvez :

  • Contacter directement l’administrateur du site, en lui demandant de supprimer l’ensemble des contenus dupliqués (preuves à l’appui, pour donner plus de poids à votre démarche) ;
  • Mentionner l’existence de contenus dupliqués sur votre propre site, en invitant les internautes qui le consultent à ne pas se rendre sur celui de votre concurrent-plagieur ;
  • Signaler une atteinte aux droits d’auteur caractérisée à Google, une procédure longue et complexe qui ne vous garantit pas souvent de résultat. À n’utiliser qu’en dernier recours !

Quels outils pour détecter les contenus dupliqués ?

S’il peut vous arriver de tomber par hasard sur un contenu directement dupliqué depuis votre site, ce cas de figure reste exceptionnel. Le plus souvent, il vous faudra détecter vous-même ces duplicate contents par une veille régulière sur les sites web de votre secteur, que vous pourrez doubler d’un outil spécifique. Voici deux détecteurs de plagiat en ligne : faites-en un usage complémentaire, vous pourriez être surpris par les résultats obtenus !

Copyscape

Favorablement connu des SEO et des administrateurs de sites, Copyscape se démarque par l’efficacité de ses fonctionnalités gratuites. La recherche de contenu dupliqué s’organise par pages web : vous indiquez l’URL de votre choix, et l’outil se charge d’afficher toutes ses versions dupliquées. Simple d’utilisation et complet !

Plagiarism Checker

Plagiarism Checker vous permet de détecter le contenu dupliqué à partir d’un document (à copier-coller directement sur le site) ou d’une URL. Cet outil effectue sa recherche de duplicate content sur Google, mais aussi sur Yahoo!. Vous pouvez enfin créer des alertes Google pour être prévenu dès qu’une version dupliquée de votre contenu apparaît sur le web : idéal pour maintenir une veille efficace sans y passer la journée.

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Les champs avec une * sont obligatoires
Aucun commentaire
     

    Ajouter un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.