WeLoveSeo : les dernières tendances SEO à l’international par Laurent Bourrelly

10 Commentaires

J’ai eu l’occasion d’assister à l’évènement WeLoveSeo du 27 Novembre dernier organisé par Rocketlinks, Myposeo et TextMaster. Pour ceux qui n’y étaient pas, l’évènement s’est déroulé dans l’amphithéâtre de Criteo & Blablacar, situé dans le 9ème arrondissement de Paris. Après une présentation de l’évènement et des organisateurs, on entre dans le vif du sujet avec la conférence de Laurent Bourrelly sur les dernières tendances du SEO à l’international, suivi d’une table ronde avec Jérôme Moussay (responsable SEO de BlaBlaCar) et Valentina Valceanu (responsable SEO de ViaMichelin). L’évènement s’est clôturé par un cocktail et moment d’échanges.

Conférence SEO International Laurent Bourrelly

Les points à retenir de la conférence de Laurent :

L’importance de la culture du pays ciblé

Ne pas penser que la simple traduction des textes d’un site est la réponse pertinente à une problématique SEO orientée vers l’international. Concrètement, dans une stratégie SEO internationale, la traduction des textes (même celle effectuée par une personne qualifiée et bilingue) ne suffit pas, il faut impérativement s’imprégner de la culture du pays que l’on cible et adapter éventuellement la structure du site et la hiérarchie des contenus.

Le respect de cette culture permet notamment de définir les mots clés utilisés par la population concernée mais aussi le ton à adopter dans le contenu, les choses à ne pas dire ou bien tout simplement les erreurs à éviter liées à la culture du pays. Il a d’ailleurs résumé cette notion de « culture » en 4 mots : « valeurs, attitudes, croyances, traditions ». Ces 4 termes décrivent parfaitement ce qui caractérise la population. Concernant la notion de « culture », et je rejoins totalement Laurent sur ce point, la stratégie SEO à l’international requiert une immersion dans les us et coutumes du pays, analyse qui via bien au delà du SEO (webmarketing, ergonomie, etc.)

La prise en compte du moteur de recherche

Un autre point important que Laurent a évoqué dans le référencement sur certains pays, c’est la prise en compte du moteur de recherche utilisé, qui n’est pas nécessairement Google. L’analyse de l’algorithme du moteur principal est donc nécessaire pour établir les priorités. La Russie par exemple utilise majoritairement Yandex qui ne prend plus en compte les liens depuis peu. Il faudra donc mettre l’accent sur le on-site plus que sur le off-site.

N’ayez pas peur du contenu dupliqué

Lorsque l’on vise plusieurs pays francophones (France, Belgique & Suisse par exemple), se pose rapidement la question du contenu dupliqué. Pour Laurent, il ne faut pas s’en inquiéter, si les sites sont clairement identifiés (via GWT, les NDD et les balises), Google fera très bien la distinction et aucune cannibalisation est à prévoir.

A ce titre, selon Laurent, il faut oublier les balises rel= »alternate » hreflang= »XX » qui ne sont que des rustines et privilégier les déclarations xhtml du type :

<html xmlns= »http://www.w3.org/1999/xhtml » xml:lang= »fr_CA » lang= »fr_CA »>

<html xmlns= »http://www.w3.org/1999/xhtml » xml:lang= »en_CA » lang= »en_CA”>

Appel à ceux qui ont assisté à la conférence, quels points ai-je oubliés ?

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Les champs avec une * sont obligatoires
10 Commentaires
  1. Répondre

    Super intéressant ce genre de sujet pour le SEO International. Concernant le hrefslang, je pense comme Guillaume qu’elle est utile (et indispensable) en cas de répertoire d’un même ndd…

    Là encore, je pense que Laurent Bourelly saura mieux le dire que moi mais un nouveau ndd avec TLD pays reste la meilleure option possible en mettant cette petite ligne en plus d’une balise meta langage.

    De ce que l’on a pu tester pour le moment, réaliser des liens sous format drapeau basique entre les sites suffit à redonner du bon jus à la nouvelle entité, pour ceux qui sera frileux de partir de 0.

  2. Répondre

    Bonjour, merci pour cet article. Au plaisir de vous revoir pour un second rendez-vous WE Love SEO.

    • Répondre

      Merci à vous également, j’ai apprécié l’ensemble de cet évènement et je viendrai avec plaisir au prochain rendez-vous en 2015.

  3. Répondre

    J’aimerais bien savoir également si l’attribut xml:lang suffit à éviter le contenu dupliqué. Car évidemment indiquer la géolocalisation dans GWT est l’idéal, mais ce n’est pas possible lorsque les langues sont gérées dans des sous-dossiers par exemple.

  4. Répondre

    Bonjour, merci pour cet article ! J’avais voulu assister à cette conférence sur le SEO international, et votre résumé m’en donne une bonne idée sur son intérêt certain. Le SEO à l’international demande réellement une adaptation complète des versions à chacune des cultures. Sinon, j’ajouterais que les webmaster tools des différents moteurs de recherche sont un bon moyen pour « identifier » si tous les éléments du site sont conformes à leurs guidelines.

    • Répondre

      Merci pour cette précision concernant les websmasters tools qui sont, en effet, un moyen efficace de fournir des informations au moteur de recherche. Cela me rappel d’ailleurs que Laurent a précisé, au cours de sa conférence, comme quoi 25% des sites internet n’effectuaient pas cette configuration correctement.

    • benoit
    • 4 décembre 2014
    Répondre

    Hello

    « A ce titre, selon Laurent, il faut oublier les balises rel= »alternate » hreflang= »XX » qui ne sont que des rustines et privilégier les déclarations xhtml du type :

     »

    Y-a-t-il eu des tests de faits pour affirmer celà ? Et des résultats probants allant vers cette recommandation ?

    • Répondre

      Je n’ai personnellement pas testé cette recommandation et c’est aussi la raison pour laquelle ce point a retenu mon attention. Lors de la conférence, Laurent n’a pas précisé d’exemple pour ce point et je pense qu’il me faudra tester cela concrètement pour confirmer cette recommandation.

 

Ajouter un commentaire