Gérer un site à l’international

Aucun commentaire

Vous souhaitez développer votre stratégie digitale à l’international ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est important de ne pas répliquer une stratégie identique sur un ensemble de pays.

Découvrez les conseils des spécialistes de l’équipe SEOh. Chaque année, nous accompagnons des entreprises dans la mise en place de leur présence digitale à l’international.

seo-international

Quelle stratégie de développement pour votre site Internet à l’international ?

Développer une stratégie SEO à l’international, ce n’est pas simple. Contrairement à ce que l’on pourrait penser au premier abord, pour se lancer sur un marché étranger, il ne suffit pas de traduire son site Internet, bien au contraire. Vous devez garder à l’esprit que votre site Internet va devoir cibler un marché local spécifique avec une audience bien particulière. En effet, d’un pays à un autre, la culture est très différente, tout comme les usages. Vous ne pouvez donc pas traiter de la même façon votre marché en France et au Japon. C’est pourquoi nous vous recommandons vivement d’établir une véritable stratégie à l’international. Celle-ci devra s’appuyer sur une étude de marché. Elle est essentielle afin que vous puissiez adapter votre offre et votre discours à chaque pays ciblé.

Il faut garder à l’esprit que la stratégie digitale d’un site à l’international est unique. Ce n’est pas parce que certains sites Internet utilisent certaines techniques que ces dernières seront efficaces dans votre cas. Vous êtes unique. Certes, certaines pratiques SEO, ne dérogent pas aux règles et celles ci seront valables dans l’ensemble, mais votre image doit s’adapter au pays ciblé.

Vous ne devrez pas faire les mêmes choix selon que vous vous adressiez à un pays en particulier (par exemple : l’Espagne) ou à un marché ayant comme point commun la langue (par exemple : les pays hispaniques).

L’équipe de SEOh vous donne quelques pistes pour que vous puissiez développer la stratégie SEO à l’international la mieux adaptée à votre site Internet :

  • Le choix du nom de domaine et de son architecture;
  • L’importance des codes de l’ergonomie;
  • Les fondamentaux du géoréférencement.

Quelle architecture devez-vous privilégier pour une gestion de sites à l’international ?

La première chose à laquelle vous devez faire attention lorsque vous pensez votre stratégie à l’international, c’est l’architecture de votre nom de domaine. En effet, il existe au minima 4 méthodes de gestion qui possèdent chacune leurs avantages et leurs inconvénients :

  • La gestion par ccTLD : il s’agit d’une extension territoriale liée à un pays ou à un territoire. Par exemple, le .fr pour la France, le .it pour l’Italie ou encore le .es pour l’Espagne.
  • La gestion par sous-domaine : vous pouvez ajouter autant de sous-domaines que vous le souhaitez à votre domaine et cela peut servir pour différencier les différentes versions de votre site à l’international. Par exemple, fr.monsite.com pour la version française, it.monsite.com pour la version italienne, etc.
  • La gestion par répertoire : la logique est la même que pour le sous-domaine, à la différence que vous devez créer un nouveau répertoire pour chaque version : monsite.com/fr/ pour la version française, monsite.com/it/ pour la version italienne, etc.
  • La gestion par paramètre : monsite.com?loc=fr ou monsite.com?loc=it etc… (nous n’en parlerons pas, aucune géolocalisation possible notamment).

En général, le plus judicieux est de choisir la gestion par ccTLD pour une stratégie digitale à l’international. En effet, grâce à cette technique, les moteurs de recherche associent automatiquement  l’extension au pays ciblé. La géolocalisation est donc optimale, tout comme son indexation. En plus, la gestion par ccTLD permet de bien différencier ses différents sites Internet. Il est ainsi bien plus aisé de mettre en place une stratégie SEO différenciée sur chaque site. Cependant, cette solution n’est pas toujours celle qui est choisie par les webmasters. En effet, l’infrastructure est un peu plus lourde à gérer. Sans compter le budget des noms de domaine qui peut considérablement augmenter les coûts.

Si vous ne pouvez pas opter pour la gestion par ccTLD, devez-vous privilégier le sous-domaine ou le répertoire ? Ces 2 méthodes sont plus simples à gérer et beaucoup moins onéreuses. Cependant, elles ne permettent pas une géolocalisation optimale, surtout dans le cas des répertoires. Techniquement, vous devrez aussi faire face à certaines problématiques, notamment celles qui concernent la gestion des redirections en cas de détection de la langue du navigateur de l’internaute. La géolocalisation du sous-domaine étant tout de même plus intéressante qu’en répertoire, cette solution est bien souvent privilégiée. Mais attention tout de même aux sous-domaines : si vous en utilisez trop, les moteurs de recherche risquent de considérer cela comme du spam.

A noter que bien que le ccTLD semble être la solution la plus pertinente, elle n’est pourtant pas suffisante pour justifier le référencement local. Les moteurs de recherche comme Google donnent aussi une grande importance à la langue du site Internet ainsi qu’à la localisation du serveur. L’usage du ccTLD, d’un serveur local et d’une langue unique sur un site servent donc à aider Google à bien identifier le ciblage géographique des sites.

Gérer un site à l’international : l’importance des codes de l’ergonomie !

Lorsque l’on décide de lancer son site à l’international, il est important de ne pas penser ergonomiquement ses sites de la même manière en fonction du pays ciblé. En effet, d’un pays à un autre, les habitudes de lecture ne sont pas les mêmes. Les couleurs n’ont pas la même signification. Les formats de date ne sont pas présentés de la même façon. Par exemple, saviez-vous qu’aux Etats-Unis, le rouge est synonyme de danger ? Alors qu’en Chine, il fait référence à la joie et à la gaieté ? Pour éviter de véhiculer le mauvais message à votre audience, il est donc important de se renseigner sur les codes en vigueur dans les pays que vous souhaitez cibler.

Comment bien positionner son site Internet à l’international ?

Vous voulez que votre site Internet soit bien référencé dans les résultats locaux des moteurs de recherche ? Dans ce cas, il est essentiel que votre site Internet soit considéré comme local par Google. Vous allez devoir suivre certaines règles si vous voulez améliorer l’indexation de votre site à l’international :

  • Idéalement, utilisez un ccTLD. Si le domaine de votre site Internet est www.monsite.it, le moteur de recherche comprendra que vous visez le marché italien et pourra ainsi indexer votre site en conséquence. Si ce n’est pas possible, vous pourrez tout de même utiliser deux autres méthodes : sous-domaine et répertoire. Privilégiez aussi toujours un serveur avec une ip locale.
  • Le nom de domaine n’est pas suffisant pour indiquer à Google le marché local que vous visez. Les méta tags ainsi que le contenu du site doivent être dans la langue adéquate. Attention aux traductions partielles ou qui manquent d’exactitude : ce ne sera pas apprécié par Google. Et ce ne le sera pas non plus par les internautes.
  • Dans Google Webmaster Tools, renseignez le ciblage géographique de votre site. C’est très important, notamment si vous travaillez avec des sous-domaines ou des répertoires. En effet, le ciblage géographique pourra être défini pour chacun, ce qui vous permettra d’éviter les problématiques de contenu dupliqué.
  • Obtenez des liens locaux de qualité pointant vers votre site Internet. En effet, il ne faut pas oublier que les moteurs de recherche analysent toujours l’origine de vos liens. Si vous visez le marché italien et que vos liens proviennent en majorité d’Italie, c’est un signal fort !
  • Attention aux détails sur votre site Internet : les adresses et numéros de téléphone locaux doivent apparaître sur chaque page. Si vous avez une boutique en ligne, les prix doivent correspondre à la devise locale. Enfin, faites bien attention aux formats pour les dates et les mesures : ils varient d’un pays à un autre.
  • Investissez Google My Business ainsi que les annuaires locaux. Il est important de montrer à Google que vous avez bien une présence locale.
  • Dans votre code HTML, déclarez la langue de vos pages via le balisage hreflang  : <link href=”http://monsite.fr/” rel=”alternate” hreflang=”fr-FR” />. C’est très important si vous possédez plusieurs versions linguistiques d’un même contenu.
  • Nous vous conseillons aussi optimiser les contenus de votre site Internet en fonction des recherches locales. Les internautes en France, en Chine et en Suède n’ont pas forcément les mêmes centres d’intérêt ou la même façon de rechercher des informations avant achat.
  • Votre marque est connue et les internautes ont tendance à taper le nom de celle-ci dans le moteur de recherche pour tomber sur votre site ? Les accès direct sont une bonne chose. Mais attention à ce que les internautes tombent sur la bonne version de votre site Internet. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous. Une redirection automatique vers la version locale ou une page d’accueil globale qui recense toutes les versions locales. La première solution, bien que plus technique, est à privilégier, car la seconde ajoute une étape au parcours de navigation et demande une action à l’internaute.

Grâce à ces nombreux conseils, vous devriez y voir plus clair dans la gestion de vos sites à l’international. Si vous voulez vous faire conseiller par des experts, nous vous conseillons de vous rapprocher de nos équipes : nous pourrons faire le point sur votre projet et vos objectifs, mais également vous proposer la stratégie SEO la plus pertinente.

 

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Les champs avec une * sont obligatoires
Aucun commentaire
 

Ajouter un commentaire