Ça marche chez les autres et pas chez moi, pourquoi ?

7 Commentaires

En terme de SEO, vous faîtes tout correctement, le consultant SEO qui vous accompagne est compétent, mais rien n’y fait, vous n’êtes toujours pas devant vos concurrents. Pourquoi ? Quelques éléments de réponse…

Un client malheureux...

Important : Les conseils ci-dessous ne sont valables uniquement si votre consultant et vous avez décidé de ne pas utiliser la stratégie du churn and burn mais plutôt de travailler sur un seul et même site sur le long terme. Selon moi, les deux stratégies se valent si elles sont bien exécutées. Dans l’état actuel des choses où Google fait la chasse aux liens factices dans sa communication mais continue de les valoriser dans son algorithme, un mix des deux stratégies peut-être une bonne idée (en tout cas à l’heure où j’écris ces lignes).

1) Attention à l’analyse des liens des concurrents

Si vous trouvez que votre consultant n’y va pas assez fort…

L’erreur la plus fréquente est de comparer les liens qu’on fait vos concurrents présents depuis des années et les vôtres, qui commencez tout juste à travailler votre référencement. Pourquoi ?

Tout d’abord, la date de création des liens est importante. Un lien créé en 2009 qui serait considéré comme « factice » aujourd’hui avec une review manuelle de Google n’aura aucun impact négatif sur le positionnement. Je suis personnellement convaincu (et je ne suis pas le seul) que lors de l’analyse des liens pour les pénalités manuelles, seuls les liens récents sont pris en compte. Vouloir copier ce qu’a fait un concurrent en terme de netlinking il y a plusieurs années, c’est s’exposer à une pénalité.

De plus, chaque profil de liens est différent. Les quelques mauvais liens de vos concurrents sont peut-être compensés par de très bons liens (que vous, vous n’avez peut-être pas encore). A moins de vouloir donner l’exemple, Google ne va pas non plus sanctionner un site qui apporte une vraie plus value à l’internaute, même si ce dernier a quelques liens factices derrière lui (voir le point 2).

Enfin, vous n’avez pas toutes les données en votre possession. Les données d’Ahrefs, Majestic SEO ou OpenSiteExplorer ne sont pas exhaustives. A moins que vous ayez accès au Google Webmaster Tools de votre concurrent (ce que je doute fort), vous ne pouvez pas connaître les liens que Google ne prend pas en compte et les liens que votre concurrent a peut-être désavoué.

Si vous trouvez que votre consultant y va un peu trop fort…

Même le meilleur des sites ne se positionnera pas sans un minimum de liens.
Aujourd’hui très peu de sites peuvent se venter de respecter à 100% les guidelines de Google : vous avez soumis votre site sur un annuaire dofollow, vous ne respectez pas les guidelines. Point.
Ne gobez pas tout cru le discours idyllique de certains webmarketers (qui sont eux-même victimes de la propagande de Google) à propos de quelques success-stories, une petite analyse de liens pourrait révéler quelques surprises…

2) Commencez par avoir un site meilleur que celui de vos concurrents

Je ne m’attarderais pas trop sur ce point car j’ai déjà écrit un long article à ce sujet. Pour un positionnement durable et sans avoir besoin de d’abuser des liens externes, l’expérience offerte aux utilisateurs de votre site doit être meilleure que celle de vos concurrents. Prenez du recul et travaillez avec des professionnels de l’UX et de la conversion. Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est absolument nécessaire.

3) Faîtes confiance à votre consultant

L’optimisation pour les moteurs de recherche est un métier, ce n’est pas en lisant une dizaine d’articles sur le sujet que vous allez pouvoir ériger une stratégie détaillée de A à Z. Il est tout à fait normal et recommandé de connaître les tenants et les aboutissants de la stratégie qu’il a mise en place, mais ne remettez pas tous les choix de votre consultant en cause. Sinon, changez-en, la collaboration ne pourra être effective dans ces conditions.

 

Avez-vous en tête d’autres pièges à éviter lors de l’analyse de la concurrence en SEO ? Continuons dans les commentaires 😉

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Les champs avec une * sont obligatoires
7 Commentaires
  1. Répondre

     » Je suis personnellement convaincu (et je ne suis pas le seul) que lors de l’analyse des liens pour les pénalités manuelles, seuls les liens récents sont pris en compte.  »
    Faux et je peu le prouver avec une capture d’écran de webmaster tools, qui me remonte actuellement un lien de 2007 !

  2. Répondre

    Merci Maxime pour ce billet, on ne le répétera jamais assez pour faire la différence il faut avoir des choses intéressantes à dire, et je dirai même surprenante vu le nombre de sites qui existe sur la toile, j’aime faire cette comparaison un site web c’est un peu comme un groupe musical on aime ou on n’aime pas, mais dans les deux cas il faut être capable de reconnaître la qualité et la pertinence musicale ( style, texte, phrasé, son, jeu scénique, etc.) et bien un site web qui a quelque chose à dire c’est aussi un peu cela…

      • Maxime DOKI-THONON
      • 11 septembre 2014
      Répondre

      Je suis bien d’accord, intéressante analogie ! 🙂

  3. Répondre

    Bonjour Maxime,

    Je suis d’accord avec le deuxième point. Il vaut toujours mieux avoir un meilleur site que celui des concurrents. Beaucoup négligent cet aspect mais pour moi c’est essentiel. L’expérience utilisateur joue beaucoup et augmente les chances d’une part, de faire revenir l’utilisateur, et d’autre part de mieux ranker. Aujourd’hui, pour dépasser un concurrent, il ne faut pas faire « comme » lui, il faut faire « mieux » que lui. Sinon vous arriverez toujours derrière et vous pourrez même perdre des positions. Enfin, si on n’a pas confiance à son consultant, il vaut mieux arrêter la collaboration plutôt que de continuer en désaccord.

  4. Répondre

    Je ne savais pas que GG prenait en compte que les liens récents pour les pénalités manuelles… Cela ne vaut pas pour les pénalités algorythmiques j’imagine ?
    Sinon au sujet des pertes de liens il y a un eu un test intéressant chez Moz.

      • Maxime DOKI-THONON
      • 9 septembre 2014
      Répondre

      Selon moi, ce sont uniquement les liens récents qui peuvent « provoquer » une pénalité manuelle. Et lors du nettoyage, il faudra malheureusement tout nettoyer.

      C’est pourquoi il est préférable de ne pas créer trop de liens pour un site qui se positionne déjà très bien avec uniquement de vieux liens de qualité moyenne (ok pour l’algo mais pas bon aux yeux d’un humain).

  5. Répondre

    La parano de Google depuis Penguin a brouillé les pistes et il ne suffit plus de copier et de coller ce que fait le concurrent pour espérer lui passer devant. C’est bizarre de lire les référenceurs arrivés sur le marché depuis un ou deux ans, qui écrivent partout qu’il ne faut plus faire de liens, que le lien est par nature factice et fourbe, etc car évidemment ils voient le web à travers le ou les quelques sites qu’ils suivent depuis 2013-2014… et la plupart se prennent tous les filtres de Google en cascade en essayant d’appliquer ce qu’ils lisent à droite et à gauche.

 

Ajouter un commentaire